Dans l'océan du net, des chroniques et plus de 1000 adresses fiables, éthiques et bio.



(20 mars 2011)

Se protéger de la radioactivité ?

C’est le printemps de 2011, encore un printemps silencieux ?

Je suis pas experte de la question mais membre du Réseau Sortir du Nucléaire depuis longtemps. Aussi, vu la difficulté à trouver des informations complètes je tente ici d’en rassembler quelques-unes de sources française, canadienne et anglaise.

1. Comprendre le risque physique.
La radioactivité est présente naturellement sur terre à des doses infimes intégrées aux cycles du vivant. En France, la dose admise de radioactivité reçue par personne/an est de 2,4 millisieverts (mSv). Si cette dose est plus importante, il y a plusieurs niveaux de protection.

- Dans le périmètre d’un accident nucléaire, il faut se calfeutrer sans clim’ ni chauffage pour éviter les radiations par la peau et la respiration. Si on doit sortir, porter masque et vêtements longs qu’on enlèvera en rentrant chez soi pour les laisser dans un sac plastique. Multiplier les douches.

- Si on est fortement exposé, c’est un apport très rapide en iodure de potassium stable qui protègera des radiations stockées par la thyroïde. Par cet apport, on sature la glande avec de l’iode non-radioactive et les radiations d’Iode 131 radioactive reçues ne feront donc que passer. A faire dans les heures qui suivent mais il faut en parler à votre médecin avant tout accident car l’ingestion d’iode peut être dangereuse si elle est mal dosée. Ensuite, c’est le Césium 137 qui est à redouter.

- Par les pluies et les vents, Iode 131 et Césium 137 se propagent dans l’environnement et affectent les racines, champignons, épinards, salades, autres plantes, lait animal et poissons... C’est par la nourriture qu’ils passent ensuite dans le sang et le lait humains, fixant de petites doses qui s’accumulent dans nos organismes et génèrent pas mal de dégâts. Donc bien surveiller la provenance géographique des aliments, éviter ceux à risque (lire le rapport de la Criirad du 5 avril) et consommer de la pectine de pomme qui purge efficacement (mais pas forcément totalement) de ce poison comme l’ont montré les travaux de V. Nesterenko à l’institut Belrad après Tchernobyl.

- Enfin, une dose infime de Plutonium conduit directement au cancer du poumon.

2. Quelques petites précautions pour les bonnes gens des villes et des campagnes.
En découvrant la carte des centrales nucléaires en activité dans le monde, on comprend immédiatement que personne, nulle part, n’est à l’abri d’un accident grave (source The Guardian mars 2011) et qu’aucune société "moderne" n’est prête à gérer les conséquences. L’hémisphère Sud est toutefois moins exposé : seulement 4 centrales. Les vents de l’hémisphère Nord ne se propagent pas dans le Sud.

L’industrie nucléaire étant opaque et pieds et poings liés au développement hyper-capitaliste, elle ne se soucie pas de votre santé et le premier réflexe est donc de vérifier les informations qu’elle distille. La France étant le seul pays au monde dont la production électrique est assurée à plus de 50% par le nucléaire, on se figure la puissance du lobby. Or, les incidents techniques, déchets enfouis sans précaution et autres trains radioactifs passant près des habitations, existent chez nous même s’ils sont souvent tus ou fortement minimisés. Il en faut beaucoup pour qu’ils soient répertoriés comme "accidents" (voir la liste dans le monde).

Donc, pour s’occuper de sa petite personne en cas de pépin on pourrait prévoir d’avoir sous la main certains aliments (frais ou séchés) renforçant l’immunité face aux expositions radioactives :
- Aliments antioxydants : thé vert, argousier (sirop, confiture...), canneberges, myrtilles, mûres, pruneaux, fraises, framboises, avocat, ail, chou vert, betterave, poivron rouge, algues en paillettes (dulse notamment), algue wakame séchée, pectine de pomme.
- Épices : ginko biloba, ail, gingembre, cucurma, tumeric, miso (riche en iode), graines de cumin noir (nigella sativa - sous forme d’huile de nigelle par exemple).
Le chlorure de magnésium (ou nigari) semble aussi intéressant.
Enfin l’argile en poudre absorbe la radioactivité interne : 1 cuillère à café matin et soir dans un verre d’eau (remuer avec une cuiller en bois).
Attention, tout cela ne vous protégera pas des radiations mais aidera votre organisme à réparer les dégâts.
Source GlobalResearch Canada citant les articles scientifiques liés à chaque aliment.

3. La meilleure des protections c’est de changer de système énergétique !
Cela implique de s’intéresser à de près cette question de l’énergie pas évidente, mais pourtant cruciale pour l’avenir de l’humanité. Il existe une abondante littérature sur le sujet mais on peut déjà démarrer avec ce Panorama.

Sites :
CRIIRAD - Unique laboratoire français indépendant de mesures radioactives.
Planète sans Visa - Blog du journaliste Fabrice Nicolino très engagé sur ces questions.
Radioactivité.com - Explique assez clairement le phénomène.
Réseaux Sortir du Nucléaire, Infonucléaire et l’Observatoire du nucléaire - mobilisation citoyenne active sur le sujet.

Notes :
Lire également l’entretien avec Michel Fervex suite à l’accident de Fukushima (avril 2011). Ici, quelques chiffres de la Criirad sur la contamination alimentaire au Japon et le document joint (Libération, 19 mars 2011) résumant les niveaux d’exposition aux radiations.

PDF - 1 Mo


Vos commentaires

  • Le 29 septembre 2012 à 05:31, par auteur william en reponse Se protéger de la radioactivité ?

    Bonsoir, je suis charmé de la beauté de ce site. Je vous incite fortement à poursuivre dans ce chemin.

    bonus casino en ligne

    site blackjack

  • Le 24 juin 2014 à 17:44, par auteur eekel88 en reponse Se protéger de la radioactivité ?

    Un tel travail doit être salué.

    vous respectez vous remettrez mutuelles pays haut


    prendre une mutuelle ou pas ou trouver une mutuelle Quelle est ce mutuelles santé son a la mutuelle que la vie est belle prix mutuelle verspieren vous écartez avis meilleure mutuelle santé



Twitter FacebookRSS

Ce site est proposé par

Cliquez ici pour voir tous nos livres.
<p>Mes adresses, trucs, conseils</p>
C'est La Seiche qui pèche !
Dans l'océan du net plus de 1000 adresses fiables, éthiques et bio.


Zoom de la semaine

Rencontres avec des passionnés

Et pourquoi une seiche ?

Parce qu’elle a plein de tentacules pour toucher et s’intéresser à 1001 choses ! Sa capacité d’apprentissage est étonnante, elle s’adapte et change de couleur plus vite que le vent. Et sa meilleure défense c’est... son encre sépia. Autrefois, quand les écoliers s’en allaient flâner sur les chemins de traverse, dans les encriers l’encre séchait... Mais qui est La Seiche ?