Dans l'océan du net, des chroniques et plus de 1000 adresses fiables, éthiques et bio.



(12 août 2013)

Au pain sec et sans eau

Je n’ai pas le temps de développer, hélas, mais voici que la petite ville de Barnhart au Texas (la première d’une longue liste qui en compte déjà 30, oui 30 petites villes ce qui représente la vie de plusieurs milliers de personnes) se retrouve sans eau.

La raison ? Une sécheresse un peu trop longue et bing, plus d’eau dans les nappes. Et pourquoi ? L’eau acheminée aux puits de pétrole et la fracturation hydraulique - cette façon souterraine d’exploser le sous-sol pour aller en extraire des gaz de schistes.

Certains en sont à prier pour qu’un ouragan déferle et remonte le niveau des aquifères. Un ouragan ? Oui. Comme le conclut judicieusement, mais un peu tard, l’un des habitants du coin : "Quand il n’y a plus d’eau. C’est fichu. On est foutu." Yep mais fallait y penser avant, non ?

C’est une nouvelle importante car dans le délire actuel, l’un des freins les plus puissants au changement de cap est la non-perception des conséquences de la crise écologique. Bien évidemment, cette non-perception est entretenue par la confusion de polémiques fallacieuses et autres marchands de doute, par notre paresse à aller un peu plus loin que le fatalisme ou le tapage de poings sur la table, par un cadre de pensée mou du genou, et j’en passe.

Mais quand tu n’as plus d’eau au robinet, que ce que tu croyais acquis (et éternel) ne l’est pas, alors les choses deviennent enfin réelles et là tu peux commencer à :
- pleurer
- râler
- prier
- agir [cochez la ou les mention-s inutile-s]

Cette nouvelle désolante est à lire sur le site du Guardian.

Cela me rappelle cette phrase de Terry Goldsmith : "Si tu penses que ton eau vient du robinet tu te battras jusqu’au bout pour le défendre, si tu penses qu’elle vient d’une source tu te battras jusqu’au bout pour la défendre."

Si ce n’est pas déjà fait, on peut aussi partager la résistance courageuse d’irréductibles Polonais face aux projets de Chevron sur le site OccupyChevron et celle des collectifs français (ici).






Twitter FacebookRSS

Ce site est proposé par

Cliquez ici pour voir tous nos livres.
<p>Mes adresses, trucs, conseils</p>
C'est La Seiche qui pèche !
Dans l'océan du net plus de 1000 adresses fiables, éthiques et bio.


Zoom de la semaine

Rencontres avec des passionnés

Et pourquoi une seiche ?

Parce qu’elle a plein de tentacules pour toucher et s’intéresser à 1001 choses ! Sa capacité d’apprentissage est étonnante, elle s’adapte et change de couleur plus vite que le vent. Et sa meilleure défense c’est... son encre sépia. Autrefois, quand les écoliers s’en allaient flâner sur les chemins de traverse, dans les encriers l’encre séchait... Mais qui est La Seiche ?